Guerre des Mondes ! Invasions martiennes, de Wells à Spielberg

Jean-Pierre Andrevon

Couverture par Sébastien Hayez

Première œuvre littéraire à mettre en scène une invasion extraterrestre, le célèbre roman de Wells a choisi la planète Mars comme vecteur. D’innombrables récits, de nombreux films et quantités d’autres transpositions lui emboîteront le pas : désormais, l’ennemi sera Martien. Pourquoi une telle insistance ? Suivez-nous dans un tour d’horizon complet de la menace incarnée par la « planète rouge », ses tripodes, ses tentacules, ses mythes et ses fantasmes — de l’utopie à l’invasion, et retour. Un panorama qui révèle comment le péril rouge est devenu l’icône idéale d’un imaginaire ayant profondément marqué la culture populaire. De H. G. Wells à Steven Spielberg en passant par Orson Welles et Alan Moore — sans oublier le presse-agrume tripode de Philippe Starck !

Personne n’aurait cru dans les dernières années du XIXe siècle que les choses humaines fussent observées, de la façon la plus pénétrante et la plus attentive, par des intelligences supérieures...

H. G. Wells, La Guerre des mondes

Jean-Pierre Andrevon, grand auteur et spécialiste de la science-fiction, explore le mythe de l’invasion martienne et de la lutte contre l’envahisseur, dans un beau livre qui mêle essais sur les livres et les films, études détaillées de certaines thématiques, courte fiction et importante iconographie. Après Zombies !, le deuxième volume de la « Bibliothèque des miroirs », nouvelle collection de monographies-beaux livres consacrées à l’explorations des grandes thématiques de l’imaginaire populaire. Avec la collaboration de Julien Bétan, Raphaël Colson, Nicolas Lozzi et André-François Ruaud.

Diaporama

  • Guerre des Mondes ! Invasions martiennes, de Wells à Spielberg
  • Guerre des Mondes ! Invasions martiennes, de Wells à Spielberg
  • Guerre des Mondes ! Invasions martiennes, de Wells à Spielberg
  • Guerre des Mondes ! Invasions martiennes, de Wells à Spielberg
  • Guerre des Mondes ! Invasions martiennes, de Wells à Spielberg