Bannière

Les Nombreuses vies de Fantômas

Étienne Barillier

Couverture par Daylon

« Fantômas !— Vous dites ?— Je dis... Fantômas.— Cela signifie quoi ?— Rien... et tout !— Pourtant, qu’est-ce que c’est ?— Personne... mais cependant quelqu’un !— Enfin, que fait-il ce quelqu’un ?— Il fait peur !!! »

Par ces quelques lignes, Pierre Souvestre et Marcel Allain entamèrent la saga d’un formidable génie du Mal, qui fit trembler toute la France durant la Belle Époque et au-delà.

Fantômas exige des autres plus que de lui-même. Il n’est jamais invisible entièrement. On peut voir son portrait à travers son visage. La science de Fantômas est plus précieuse que la parole. On ne la devine pas — et l’on ne peut douter de sa puissance.

Magritte

Un beau livre de référence, abondamment illustré : il propose une biographie détaillée du personnage et de ses adversaires (Fandor, Juve, etc.) comme s’ils avaient existé, un survol historique de son époque, des études sur les autres créations de Marcel Allain, sur les particularités de l’univers de Fantômas, sur ses précurseurs et sur ses rivaux (les autres génies du Mal du roman populaire), ainsi qu’une étude de cet autre grand maléfique, créé à la radio : Furax. Un guide du Paris des crimes et des mystères permet de faire du tourisme polar, illustré de photos de Jean Ruaud. Ainsi que des hommages par Laurent Queyssi, Johan Heliot, Patrick Marcel et Robert Sheckley.