Les Nombreuses vies de Maigret

Jacques Baudou

Couverture par Daylon

Une silhouette massive, presque éléphantesque, la pipe souvent à la bouche, un don pour s’installer dans une enquête comme dans ses pantoufles, une volonté constante de découvrir la vérité des êtres plus encore que celle des événements criminels auxquels il est confronté, une vocation de « raccomodeur de destinées » qu’il parvient parfois à exercer, tels sont les signes distinctifs du commissaire Jules Maigret, qui, dès sa première apparition en 1931, a littéralement révolutionné le roman policier.

Maigret possède cette finesse, toute semblable à un instinct, qui lui permet de flairer et d’interpréter les effluves qui rayonnent invisiblement des lieux et des êtres (car les lieux ont aussi leur signification cachée, leur conscience sourde, leur mentalité élémentaire). Le rôle de Maigret n’est pas de prouver, de démontrer, mais, pour ainsi dire, de prendre en charge le criminel, d’assumer mystérieusement son forfait.

Boileau-Narcejac

Un beau livre de référence, abondamment illustré : biographie détaillée du personnage comme s’il avait existé, études sur l’évolution et la méthode du fameux commissaire parisien, sur les particularités de son univers, sur ses antécédents et sur ses nombreux rivaux (les autres flics célèbres — dont l’inspecteur Morse et John Rebus), une télé-filmographie internationale complète, ainsi que des hommages par Matthew Baugh, R. J. Courtine, Terrance Dicks, Daniel Prasson et André-François Ruaud.