Bannière

L’Œillet vert

Robert S. Hichens

Traduit par Patrick Marcel

Couverture par Melchior Ascaride

Oscar Wilde dans toute sa splendeur : lorsqu’en 1894 ce roman fut publiée anonymement, tout le monde se demanda qui en était l’auteur, mais personne n’eut le moindre doute quant à l’identité des protagonistes, Oscar Wilde et lord Alfred Douglas.

Roman à clef, comédie mordante sur le « Mouvement Esthétique » et portrait au vitriol de la société des « Yellow Nineties », les années 1890 anglaises et leurs scandales, cet Œillet vert (du nom de la fleur qui servait de symbole aux gays de l’époque) constitue un précieux témoignage sur Wilde et son entourage, par l’un de ses proches.

Journaliste et romancier, surtout renommé pour ses nouvelles fantastique, Robert S. Hichens (1864-1950) faisait partie des connaissances d’Oscar Wilde qui notaient ses réparties. Mais contrairement à beaucoup d’autres, Hichens conserva pour lui ces aphorismes et déclarations fracassantes, afin d’en alimenter ce roman, qui rencontra un grand succès à son époque. Ainsi les réparties de Reggie Hastings sont-elles en réalité de véritables citations de l’irrésistible Wilde, en pleine gloire.

Préface de 1949 de l’auteur, traduction et notes de Patrick Marcel.

Diaporama

  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert
  • L’Œillet vert