Bannière

Dans l'océan des probabilités…

J.-H. Rosny aîné

« Le surnaturel n'étant en somme que le naturel que nous ne connaissons pas, la vie est bien plus composée de surnaturel que de naturel. » J.-H. Rosny, « La Goule » (1900)

J.-H. Rosny aligne, en cette fin du XIXe siècle, nombre de textes appelés à devenir autant de classiques d’une vision quasi scientifique de l’univers, une vision réaliste voire naturaliste, une vision rationnelle voire positiviste. Cette même fin de siècle fait le lit de toute une cohorte de médiums, de spirites et de prophètes en tous genres.
Chez lui, pas de théosophie, pas d’ésotérisme de pacotille, pas de surnature derrière la Nature. Les médiums sont des charlatans, la crainte populaire du vendredi treize une superstition, et les gris-gris ne daignent fonctionner que si leur détenteur s’est autosuggestionné à leur égard… On sent poindre un profond agacement envers les sympathies paranormales d’un William Crookes ou autre Arthur Conan Doyle !

Ce recueil, préfacé par Dominique Warfa, regroupe des récits et poèmes signés par les frères J.-H. Rosny, ainsi qu'un article de Fernand Lot et une interview de J.-H. Rosny aîné par Maurice-Verne.