Bannière

Les Nombreuses vies de miss Marple

Jacques Baudou

Couverture par Sébastien Hayez

Miss Jane Marple — le miss n’est pas un détail, mais le signe d’une robuste défiance envers « les messieurs » — est le symbole parfait d’une Angleterre rurale à peine sortie des limbes victoriens, avec ses colonels retraités de l’armée des Indes, ses vieilles filles médisantes et ses manoirs malcommodes. Elle s’impose comme la quintessence de la figure du détective amateur, un limier hors pair aux intuitions fulgurantes dont l’originale méthode déductive est de nature ouvertement comparative et qui collabore de la plus heureuse façon avec les policiers professionnels. Elle porte sur la gent humaine le regard peu amène, sans indulgence de celle qui s’attend toujours au pire et qui est rarement détrompée. Elle représente sans conteste la quintessence de l’œuvre d’Agatha Christie : une vieille dame sans merci.

Un solide appétit pour les rumeurs de village, une aptitude à mémoriser infailliblement les informations ainsi obtenues et une méfiance quasi paranoïde envers ses concitoyens et surtout ses concitoyennes, tel est son « fond de commerce ». Et c’est par comparaison avec de très petits événements qu’elle tire d’énormes conclusions.

Christianna Brand

Un beau livre abondamment illustré, qui va faire référence : la première étude consacrée à la célèbre vieille dame détective. Avec une biographie du personnage comme s’il avait existé et une étude détaillée de toutes ses enquêtes, avec en filigrane un portrait de l’Angleterre rurale des années d’immédiat avant et après-guerre. Plus une chronologie, une bibliographie et une télé-filmographie complète. Le tout largement illustré comme d’habitude dans la collection par des documents rares.