Bannière

Les Nombreuses vies de Nestor Burma

Jacques Baudou

Couverture par David Alvarez

Nestor Burma — le nom fait un peu « baraque foraine », mais dans le métier qu’il exerce, ce n’est pas vraiment un désavantage — est , selon le slogan imagé qu’il s’est octroyé, « l’homme qui met le mystère K. O. ». La formule est heureuse : elle indique qu’il est à la fois un homme d’action (s’il lui arrive souvent d’être lui-même mis Knock-out, cela ne l’empêche jamais d’aller au bout de ses enquêtes) et un homme de réflexion capable de démêler les plus inextricables énigmes. Un mélange détonant qui fait de lui le détective privé français le plus remarquable.

Quoique d’origine languedocienne, Nestor Burma est un Parisien dans l’âme et c’est avec la gouaille d’un titi déluré qu’il conte ses aventures. Mais derrière la verve du narrateur, comment ne pas percevoir la fêlure d’un homme abonné aux amours tragiques, collectionnant les macchabées avec une redoutable constance, confronté aux plus sordides et aux plus extravagants des pégriots.

Un beau livre abondamment illustré, qui va faire référence : une étude consacrée à Nestor Burma, l’homme voué au noir. Noir de l’anarchie, noir des deuils, noir des destinées rongées par la mistoufle, noir des romans le mettant en scène. Le guide parfait pour arpenter les rues d’un Paris aujourd’hui disparu. Avec une biographie du personnage comme s’il avait existé, plus une chronologie, une bibliographie et une télé-filmographie complète, ainsi qu’une étude de son rival Johnny Métal. Le tout largement illustré, en particulier par des photos originales de Jean Ruaud.