Le Pont sur les étoiles

James E. Gunn & Jack Williamson

Traduit par Julien Bétan

Couverture par Marie-Pierre Jeffard

Des siècles durant, la vitesse de la lumière avait été la limite absolue imposée aux voyages spatiaux et, même à cette vitesse, les astres étaient à des années les uns des autres. Puis la Compagnie Éronienne d’Énergie, de Transport et de Communication conçut le tube. Dès qu’un vaisseau conventionnel avait débarqué le terminal sur un monde éloigné, celui-ci pouvait être relié à Éron. Les étoiles devinrent plus proches.

Un grand classique, enfin réédité — dans une nouvelle traduction intégrale. Fruit de la collaboration entre le vieux maître Jack Williamson (1908-2006) et un jeune auteur qui montait alors, James E. Gunn (né en 1923), ce roman datant de 1957 est tout simplement l’archétype parfait du space opera. Formidablement évocateur, stylistiquement assuré, captivant bien sûr, Le Pont sur les étoiles s’impose comme un concentré du meilleur du genre. Une fable du futur, âpre et lumineuse.

Préface de Gérard Klein. Postface exclusive de James E. Gunn.